Pour moi, vivre c’est Christ

Il n’en a pas toujours été ainsi pour le croyant. Il a commencé à vivre pour Christ quand il a été convaincu de péché et quand, par grâce, il a été conduit à contempler le Sauveur mourant sur la croix pour le pardon de ses fautes.

C’est à partir de sa nouvelle naissance qu’un homme commence à vivre pour Christ.

Jésus est pour le croyant la perle de grand prix, l’unique, celle pour laquelle il est prêt à quitter tout ce qu’il possède.

Jésus-Christ est si cher à notre coeur qu’il bat pour lui seul : nous voulons vivre pour Sa gloire et sommes prêts à mourir pour défendre Son évangile. Il est le modèle de notre vie, le divin exemple sur lequel nous voulons modeler tout notre être.

Les paroles de Paul ont une signification plus profonde que ne le pensent la plupart ; elle impliquent que le but, la finalité de sa vie était Christ ; plus : que sa vie elle-même était Christ.

Comme l’a dit autrefois un chrétien : “Il faisait tout, manger, boire, dormir, dans la perspective de la vie éternelle”.

Jésus était son souffle vital, l’âme de son âme, la vie de sa vie.

Pouvez-vous dire que pour vous aussi “vivre, c’est Christ” ?

Nombreux sont ceux qui appliquent ce principe en partie, mais qui pourrait affirmer qu’il a toujours vécu entièrement pour le Christ à l’exemple de l’apôtre Paul ?

Et pourtant, telle est la seule vie authentiquement chrétienne : sa source, son essence, sa nourriture, son dessein, tous ensemble réunis en un seul nom :

JÉSUS-CHRIST